mardi 17 novembre 2009

I'm bad, oh yes I'm bad


"Ah là c'est sûr, elle va beaucoup moins bien rouler"



Je crois que les Anglais sont génétiquement incapables d'enfreindre la loi.

C'est bizarre. Je pensais que c'était que les Allemands qui étaient comme ça.

(Oui, habiter une région frontalière vous fait découvrir certaines différences. Pas seulement du genre "oh tiens y'a encore des femmes qui ne se rasent pas sous les bras, c'est ... courageux". Du genre les gens qui se figent au milieu du trottoir quand le bonhomme passe au rouge, peut-être les voitures allemandes elles ont pas de pédale de frein, on sait pas trop.)

Donc c'est peut-être quelque chose de germanique que nous autres latins sont incapables de comprendre. Ou c'est peut-être juste qu'on est considérés comme les plus gros connards d'Europe, et que je comprends enfin pourquoi.

Putain, les mecs, les étrangers sont sympas. Je sais enfin pourquoi y'a des gens qui s'acharnent à pas les laisser rentrer chez nous. C'est parce que s'ils restent trop longtemps et qu'ils passent le facteur touriste, on comprend qu'en fait ils sont vachement plus cool que nous.

Le facteur touriste, c'est ce qui transforme tous les gens en vacances dans un coin étranger en gros blaireaux. Ce qui les fait marcher le nez en l'air au milieu de la rue genre "non non y'a pas de voitures derrière moi qui doivent aller au boulot", ou le paradoxe qui les fait croire que parler la langue de l'autre pays, c'est parler sa propre langue mais en gesticulant et en hurlant très fort. Me faites pas croire que vous l'avez jamais fait.

(Moi en Allemagne je fais comme tous les frontaliers, je prends les verbes français et je rajoute -en à la fin en espérant que ça marche. Ma soeur a un jour beaucoup fait rire une vendeuse allemande en brandissant un peignoir sous son nez tout en criant "Echangieren ! Echangieren !")

Donc oui, les Anglais en vacances sont une plaie. Ils parlent trop fort, ils font pas d'effort pour parler français, ils se biturent la gueule et viennent vomir au pied de ton immeuble. Mais en Angleterre, ils sont vachement plus gentils. (Et ils vomissent au pied de leur propre maison)

Ils sont tellement gentils qu'on aurait presque envie de profiter de leur système.

Par exemple, un exemple. En Angleterre, les billets de train coûtent cher. Très, très cher. Mais les prix changent : plus on attend et plus c'est cher. Genre un Londres-Kettering me coûte 3 £ avec un mois d'avance, mais 48 £ si je prends mon billet au guichet le jour même. J'appelle ça un crime contre la spontanéité romantique. Et sur mon échelle, c'est presque le crime le plus haut. Il est juste entre le crime de raconter ce qui se passe dans les épisodes de séries qu'on a pas encore vus, et le crime de ne pas savoir utiliser le subjonctif. ("Il faut qu'il voye". Franchement. Coupez-lui la tête.)

Du coup, pour mon week-end à Londres, j'avais pris mes billets très à l'avance, en sachant que ma maman repartait dimanche matin, et donc j'étais censée repartir le dimanche matin aussi, mais pas dans la même direction (vous suivez ?). Seulement, deux jours avant mon départ, ma maman m'a appris que son avion avait été changé au dimanche soir, pour cause de mail qu'elle avait reçu trois semaines auparavant et qu'elle n'avait pas lu jusqu'au bout.

- J'ai vu écrit "IMPORTANT : MODIFICATION DE VOS HORAIRES" en grosses lettres clignotantes en rouge, alors je me suis dit que c'était pas la peine de tout lire. Ils auraient pu m'appeler quand même. Je suis pas devin.

Du coup ça coutait 10 £ pour changer mes billets à 5 £, alors j'ai fait un truc de Française normale : j'ai décidé de frauder.

- Je prends mon billet qui n'indique que la date, et l'autre billet qui indique l'heure et le numéro de siège, je le jette, et je dis que la machine m'en a donné qu'un. Et d'abord en France on n'a qu'un seul billet. C'est votre faute, au fond.

Edwina était horrifiée.

- Mais mais, tu peux pas faire ça !
- Et pourquoi pas ? Ils vont pas me mettre en prison. Au pire je leur réclame l'asile politique pour cause de ne pas pouvoir vivre dans un pays gouverné par une tête de con.

Mais en fait ce n'était pas le côté pratique qui l'inquiétait.

- Mais non, mais tu peux pas, c'est ... C'est MAL !
- Ben quoi, t'as jamais rien fait de mal de ta vie ?
- Mais mais... pas contre les autorités !

Pour le coup, je blâme l'histoire. Les Anglais ont un problème avec l'autorité. Ils savent jamais quand c'est le moment de la défier. Nous, dès qu'il y en a un qui nous emmerde, on lui flanque la tête sur une pique en scandant "Antisocial tu perds ton sang-froid". Eux, ils boivent du thé dans leur salon moelleux et ils disent à voix basse "Quand même je suis pas tellement d'accord, oh."

(Les Anglais, ils célèbrent quand même le 5 novembre, jour de l'attentat raté de Guy Fawkes contre le roi d'Angleterre. Mais c'est pas comme chez nous : eux, ils célèbrent le fait que l'attentat ait échoué et que le roi ait continué de vivre. Sans la tête coupée ni rien. Ces gens sont fous.)

J'avais déjà remarqué ce truc d'obéissance quand j'ai pris le train pour aller voir Adèle à Newcastle. Quelques minutes après que je sois montée dans le train, un contrôleur est passé en disant "Les gens qui sont montés à Kettering, montrez-moi vos billets." Et là tout le monde a commencé à lui lancer ses billets en criant "Moi ! Moi ! Je suis monté à Kettering ! Regardez comme je suis bien en règle !" et déjà à l'époque je m'étais dit : "Huh?"

Finalement, le dimanche, il y avait des problèmes de trains annulés (comme tous les week-ends à Londres) et personne ne m'a contrôlée.

La prochaine fois, j'essaye sans ticket. Juste pour voir comment ça se passe. Au pire j'irai dans une prison anglaise.

- Veuillez ne pas sortir de votre cellule.
- Y'a pas de verrou sur ma porte.
- Ben oui, y'en a pas besoin. Vu qu'on vous a demandé de ne pas sortir.
- Ah oui, suis-je bête.

6 commentaires:

  1. un fou rire de plus, mon dieu que c'est bon de te lire ...

    RépondreSupprimer
  2. Du coup tu vas passer pour une grosse rebelle et tout, la claaaasse !
    Sinon, juste pour info, y'a pas de subjonctif après "après que". C'est bizarre mais c'est comme ça, c'est la grammaire française. Donc il aurait fallu que tu écrives "quelques minutes après que je suis montée dans le train". Je sais, c'est moche, mais le français n'est pas parfait, hélas !^^

    RépondreSupprimer
  3. En effet, ça change de la France... XD ! Et là-bas, ils font jamais la grève ? Ou juste avec un bandeau attaché au bras en continuant de travailler seulement pour montrer que t'es pas trop trop d'accord mais que t'es quand même un bon employé, comme au Japon (ou en Chine, me souviens plus).
    Je les aime, ces Anglais.

    Eh sinon, t'as de la place pour moi où tu loges ? J'irais bien vivre en Angleterre, tiens.

    RépondreSupprimer
  4. aaaaah j'adore te lire avant d'aller me pieuter ça fait toujours du bien!! Ça donne des envies de devenir gangster en Angleterre ( et ça rime en plus ) juste pour voir la tête de tes ami-e-s anglais-es. Imagines la scène:
    - Je suis trop une rebelle j'ai pas pris mon ticket de bus!! Ahaa je suis machiavélique
    - Oh my god tu vis dangereusement! J'ai peur à tes côtés!
    - Et encore t'as rien vu poupée, hier j'ai pas dis merci à la boulangère!

    RépondreSupprimer
  5. vazy comment je kiffe cet article !!

    (oui je me sens l'âme poétique aujourd'hui, et alors ? ca n'enlève rien au fait que je ... kiiiiiiiiiiffe !)

    RépondreSupprimer
  6. un bout de crabe, tout petit petit.19 décembre 2009 à 15:15

    Bonjour / Bonsoir selon l'heure, tu parlais de subjonctif.. Alors je suis ravie de peut-être t'apprendre qu'une de tes syntaxes a mal au ventre. :)
    APRES QUE + INDICATIF et non pas + SUNJONCTIF.
    Voilà, c'est tout. Tu pourras vérifier.
    C'est plaisant de te lire !
    ( Sans blaggguuee, l'autre elle débarque de nulle part et hop elle croit qu'elle va me cultiver. Pffff. )
    Au plaisir.

    RépondreSupprimer