vendredi 18 janvier 2013

Brève immobilière


(Voilà, et si vous pouviez juste signer et parapher avec votre sang, ce sera parfait.)


Et sinon, j'ai trouvé un boulot.

(Après deux semaines de recherche, j'ai trouvé un boulot! Nan mieux, après deux semaines de recherches, j'ai trouvé un CDI !!)

(Mais c'est de la folie mon petit monsieur!)

Professeur Flaxou n'a rien trouvé pour le moment, mais comme mon boulot est basé à Auckland, au moins, maintenant, on sait où chercher. Et ça veut aussi dire qu'on sait où on va habiter.

Finies, les auberges de jeunesse, les flaques de mouillé sur le sol de la salle de bains, la cuisine qui pue le poisson, les oreillers qui grattent, les chambres sans bureau :

- Mais où est-ce que je vais poser mon pécéééééé!

(C'était particulièrement dur pour Flaxou. Surtout qu'il a un tapis de souris d'1m50, ce qui n'arrange rien.)

(Et après on s'étonne qu'on était presque en excédent de bagages en arrivant ici. Mais apparemment, "si je ne peux pas amener mon clavier avec un million de boutons dessus, alors je n'ai plus de raison de VIVRE!".)

Donc, Flaxou et moi, on cherche un appartement à Auckland.

Enfin, l'idée de départ, c'était de se trouver un petit deux-pièces ou un grand studio, pour ranger nous deux, nos deux ordis, nos deux valises, et les 19 bouquins que j'ai achetés depuis que je suis ici.

(Je suis faible.)

Seulement, en Nouvelle-Zélande, les gens ne sont pas très portés sur le concept de vivre en appartement. (C'est un pays qui fait moitié la taille de la France, avec la population de la Bretagne. Autant te dire, Y'A DE LA PLACE.)

Du coup, les gens ont plutôt tendance à vivre dans des maisons individuelles, et les immeubles d'habitation (ils existent, même s'ils sont rares) se partagent en deux catégories :

1. Appart de bobo ultra-friqué, genre penthouse avec plancher en acajou, ouais je sais on pourrait se payer une maison avec un jardin mais c'est trop cool on vit dans un appartement comme les New-Yorkais dans les séries, han la classe!

2. TROUS. A. RATS.

J'exagère pas. J'ai pas besoin de grand-chose pour être heureuse dans un appartement. (Mon ancien studio à Strasbourg avait deux fenêtres, dont une qui ne fermait jamais, et un seul radiateur qui chauffait pas.)

Mais là.... mais là.

- Et donc voici la pièce principale, bon c'est à vous de la meubler hein, mais l'avantage c'est que vous faites ce que vous voulez, hi hi!
- Mais... c'est tout? Juste une pièce vide? Et la salle de bains?
- Oui, je vous ai pas dit? C'est génial! Vous partagez les toilettes, la douche, la cuisine et la salle à manger avec les autres locataires! Hi hi! C'est comme une grande famille!

Meuf, j'ai déménagé à l'autre bout du monde, t'as saisi mon amour de la vie de famille?

- Ouais. Donc en fait, on paye 200 dollars par semaine pour vivre en chambre de cité U.
- C'est ça! Ha vous verrez, c'est super, le partage et la communauté, tout ça.
- Ouais ouais, j'imagine bien.
-  Et en plus, vous aurez jamais besoin de nettoyer vos toilettes! Hi hi! Super! Cool! Fun!


Donc j'ai laissé tomber l'idée d'emménager dans un appartement.

Maintenant, avec Fla, on cherche plutôt à faire ce que les Kiwis appellent du flatting, c'est-à-dire de la coloc à plusieurs dans une maison.

Comme ici on trouve quasiment que des maisons, mais qu'elles sont à peu près au même prix qu'en France (cher), c'est une option très répandue chez les étudiants et les jeunes professionnels de 20-30 ans. Y'a même des familles qui font des coloc, avec des gamins et tout.

Donc, maintenant qu'on sait ce qu'on veut, il ne reste plus qu'à faire le tour des petites annonces.

Eh ben mon vieux, ça fait deux jours que je cherche, et j'ai déjà vu des trucs un peu effrayants.

Du genre, les gens dans une maison de ouf, mais qui mettent en ligne alternativement des images de leur maison et des images de ÇA :


Et qui ensuite indiquent dans l'annonce :


Cinq chihuahuas.

CINQ. CHIHUAHUAS.

Pas un petit chien énervant, débile et moche. Pas deux petits chiens énervants, débiles et moches.

CINQ! CHIHUAHUAS!


Ouais, donc on a pas encore trouvé, hein.

Ajoute à ça que, depuis que j'écume les petites annonces sur TradeMe (équivalent Kiwi du Bon Coin), j'ai appris à maîtriser pas mal d'acronymes qui peuvent rendre perplexe, du genre NS (Non-Smoker), NP (No Pets) ou le plus étrange GSOH (Good Sense of Humour - fallait y penser). 

Mais cette connaissance vernaculaire époustouflante ne m'a pas empêchée de rester de marbre quand j'ai reçu ce SMS en réponse à une demande de visite :


We just lvng pprm. Abs nd kathy.



Finalement, pas grâce à Internet (mais on peut plus compter sur personne dans ce monde ou quoi?) mais grâce à la combinaison de nos deux cerveaux de génie, à Flaxou et moi (et aussi un peu parce que j'ai lu Da Vinci Code), on a réussi à décoder le message.

Abs et Kathy, c'est les gens qui ont envoyé le message (Abs étant probablement un diminutif - de quoi? On sait pas). La phrase principale du message, on l'a décodée comme étant : "We're just living person per room" - sous-entendu, une personne par chambre, sous-entendu, on n'accepte pas les couples.

(Ce qui, on l'entend, est beaucoup plus logique qu'un simple "No couples sry" comme j'en reçois tous les jours. Mais bon.)

Tout ça pour dire qu'on n'est pas sortis de l'auberge.

Littéralement.

(Parce qu'on loge vraiment dans une auberge.)

(T'as compris ma blague?)

(Ha.)

mardi 15 janvier 2013

Pourquoi Le Roi Lion est le seul film que tu as besoin de voir dans ta vie


L'autre jour, je regardais le Roi Lion, parce que j'étais sur Skype avec Sarah et qu'on avait décidé de regarder un film ensemble.

(Quand on était en France toutes les deux, on se faisait des soirées où on regardait des dessins animés et on faisait des commentaires pendant le film, ou des fois on chantait les chansons aussi.) 

Donc maintenant, je suis à l'autre bout du monde, mais j'avais envie de faire une soirée film avec ma copine.

(Ta gueule, c'est mignon.)

Donc on regardait le Roi Lion, film-phare de ma jeunesse. 

Car oui, dans mes jeunes années, outre la particularité de courir à poil dans la forêt, j'avais aussi une tendance un poil obsessionnelle. 

Ça veut dire que je passais derrière ma mère tous les jours pour fermer les portes des placards parce qu'elle les laissait toujours ouvertes et ça me rendait folle. Ça veut aussi dire que je suivais un agenda super strict (7 heures, manger. 8 heures, école. Midi, manger. 14h, école. 16h, récré. 16h30, goûter. 17h, slip, bois. 18h, cabane. 19h30, manger. 20h, dodo) parce que toute modification de ma routine me faisait péter les plombs. 

Ça veut enfin dire que, entre l'âge de 7 ans et l'âge de 7 ans et demi, j'ai regardé la cassette du Roi Lion. TOUS. LES. JOURS. (Entre 18h et 19h30, si tu veux tout savoir.) 

(Oui, j'ai dû modifier mon agenda "cabane". C'était très perturbant.)

Et, l'autre jour, entre deux crises de larmes (Hans Zimmer a modifié mon code génétique : dès que j'entends cette musique, je me mets à pleurer automatiquement. Là j'ai fait une recherche Youtube pour te montrer quelle musique, maintenant je pleure), j'ai réalisé : Le Roi Lion est le film le plus fantastique du monde.

Franchement, si on doit ne regarder qu'un seul film de l'histoire de l'humanité, c'est celui-là.

(Et certainement pas Citizen Kane.)

(Si on me demandait le film le plus CHIANT du monde, là, oui, Citizen Kane.)

(Sérieusement, tant qu'à voir du Orson Welles, le Procès est vachement mieux.)

(Bref.)

Explication : pourquoi le Roi Lion est-il (en toute objectivité) le meilleur film jamais réalisé au monde?

Parce que, outre les jolies images (tous les classiques Disney ont ces jolies couleurs pastel et ces traits de crayon doux, donc pas vraiment original sur ce plan-là), la musique absolument superbe (Hans Zimmer est un génie, c'est pas nouveau) et Elton John qui s'en sort pas trop mal (si on aime le sirupeux), au-delà donc du côté esthétique de la chose qui est chouette mais pas franchement révolutionnaire, c'est l'HISTOIRE qui gagne la palme.

Le Roi Lion, je te jure, c'est un film qui m'a appris la vie.

Toutes les choses importantes, les choses qui te définissent en tant que personne, les choses qui vont te servir à tous les moments essentiels de ta vie, je les ai appris dans Le Roi Lion. 

Ce film m'a donné un exemple du meilleur papa du monde.


(Sérieusement, j'ai pas besoin de manuels d'éducation pour mes futurs enfants : Mufasa est le meilleur exemple de parent auquel on pourrait penser.)

(Revois ce film et trouve une seule faille à l'éducation que donne Mufasa à son fils. Chiche.)

Il m'a appris que les gens qu'on aime peuvent mourir à tout instant, et qu'on a beau regretter, on ne peut jamais rien y changer.


Il m'a appris à ne pas se soucier de l'opinion des autres. T'emmerdes les autres, tu fais ce qui te plaît! L'important, c'est d'être heureux à ta manière, même si le monde entier te trouve bizarre.


Il m'a appris que c'est pas important d'avoir des amis populaires. L'essentiel, c'est d'avoir des amis qui sont toujours là pour toi, et qui se soutiennent les uns les autres dans toutes les épreuves. (Même si des fois ils sont un peu bizarres et ils t'embarrassent en public - mais tu t'en fous, cf. le point précédent.)



Il m'a appris qu'on ne peut pas changer qui on est, et qu'on doit toujours prendre en main ses responsabilités.



Il m'a appris qu'il ne faut pas céder devant ses ennemis, mais qu'il faut savoir être magnanime envers eux.



(Après, de toute façon, ils se font bouffer par des hyènes.)

Sans oublier que Rafiki est sans doute la personne la plus sage que j'ai jamais vue de ma vie.



Et pour finir cet article sur une note moins cul-cul-la pral', je tiens quand même à signaler ceci : 

Après 350 visionnages du Roi Lion étalés sur une période de 15 ans, je viens enfin de réaliser pourquoi les voix françaises des personnages m'étaient familières : 

Mufasa, c'est Jean Reno (COMMENT j'ai fait pour pas voir ça avant?). 

Rafiki, c'est la voix française d'Eddy Murphy (également l'âne de Shrek). 

Simba enfant, c'est la voix de Fievel Souriskevitz (mais si, Fievel! La petite souris juive au Far West!)  

Et enfin (roulement de tambour), le mec qui double Simba adulte est aussi la voix de.....




(Ouais, ça casse un peu le truc.)

Ah, et, pour finir : Sarah trouve que Simba adulte est super sexy. Moi non (parce que 1) c'est un lion et 2) c'est un dessin). Et toi, t'en penses quoi?

jeudi 10 janvier 2013

Les requêtes Google les plus cheloues de l'Histoire



De temps en temps, je vais sur Google Analytics, et je regarde les sources du trafic vers mon blog.

(Je regarde pas le reste des statistiques, sinon ça me déprime.)

(50% de mes visites viennent de Colmar et je suis sûre que c'est juste Sarah.)

(Et puis 49% de mes lecteurs qui utilisent Internet Explorer? Vous me faites mal, les gars, vous me faites mal.)

Par contre, les sources du trafic, c'est toujours rigolo : j'ai le résultat de toutes les recherches Google qui ont mené (d'une manière ou d'une autre) sur mon blog.

Y'en a beaucoup qui sont logiques, comme des descriptions d'images que j'ai utilisées sur le blog, ou des requêtes avec mon pseudo dedans :




(Même si j'ai l'impression de faire partie d'un épisode de Fan 2.)

Y'en a d'autres qui me donnent l'impression d'être la seule sur le Net à parler de ces trucs-là :




(Y'a même un angliciste! C'est fou!)

Y'a aussi les requêtes où c'est normal que les gens tombent sur mon blog, mais dis donc ils ont dû être déçus :



Et puis ensuite, y'a les requêtes où je me demande comment diable est-ce que les gens ont pu atterrir sur mon blog avec des mots-clés pareils.

Alors bon, y'a les petits mots-clé divers et variés : 



Mais y'a des trucs encore plus chelou.

Du genre : les mecs, on est en 2013, vous savez toujours pas comment ça fonctionne, l'Internet?



Mais à quoi tu t'attends en tapant ça sur Google? Tu penses que tu peux juste dire "Internet trouve des photos de mes copines" et que ça va magiquement te fournir des photos, comme une sorte de robot domestique des films des années 50?



Mais tu t'imagines quoi? Tu penses que c'est comme pour Google Street View, qu'il y a des employés de Google cachés dans les buissons partout et qu'ils prennent des photos tout le temps, comme ça, au pif?

Et ensuite ils font des petites bases de données et ils prennent bien soin d'étiqueter avec les mots-clé appropriés :

- Hé Mike, c'est qui cette nana?
- Classe-la sous "meuf à Jean-Paul".
- Ça roule!

Mais la palme de la catégorie "je tape des choses dans Google je sais pas pourquoi" revient quand même à cette personne :



Voilà, je pense que tout est dit.

Sinon, en vrac, on a aussi :

Des confessions :



Des amis de l'orthographe :



Des requêtes très, mais alors très très spécifiques :



Et puis un suicidaire qui passait par là :



(Le cocktail de la joie!)

 Et pour finir, je vais avoir besoin d'aide pour interpréter les messages de nos grands gagnants :

Numéro 4 :

Alors je ne sais pas si la référence au Père Noël est une Ordure est volontaire, mais même si elle l'est, j'ai du mal à saisir le lien, vu que Monsieur Preskovic est Bulgare (rappelez-vous, c'est des Dobitchus de Sofia). 

Ou alors est-ce que ça signifie que les Portugais auraient une coutume qui consisterait à s'attraper mutuellement, et à se rouler les uns les autres sous les bras? (Pas très pratique.)

Numéro 3 :

Une cuisine techno?



(Là c'est moi en train d'essayer d'imaginer une cuisine pleine de néons fluos et de musique qui fait poum tchh poum tchh.)

Numéro 2 :




Eh ben écoute très bien très bien.

Moi je juge pas. Quand j'avais 4 ans, l'été, des fois, je faisais pipi dans le jardin (cf. mon enfance passée à courir dans les bois en slip) et mes parents m'avaient appris une chanson spéciale pour faire pipi dans le jardin.

(Ah mais quand je dis que c'étaient des hippies, c'est pas pour rigoler hein!)

Et puis, le numéro 1, le grand gagnant, le vrai, le seul, l'unique :



Et là, je dis : bravo.

mardi 8 janvier 2013

Où l'on résume les pubs Kinder en un mot : POURQUOI?


(Faut me dire ce qu'ils mettent dans son Kinder, parce que moi, ça me fait jamais cet effet-là.)


Donc, depuis que je suis en Nouvelle-Zélande, je regarde le Zapping pour me tenir au courant de l'actualité française.

(Je pourrais aussi lire lemonde.fr, mais dans Le Monde, ils mettent pas des extraits de Confessions Intimes.)

("Je sais que si je voudrais, je pourrais pardonner à Jean-Kévin, malgré qu'il ait fait des erreurs de son côté. Mais ça me fait mal qu'il croye pas à mon rêve de devenir professeur de français.")

Et, sur les vidéos de Canal+, y'a des pubs. Des pubs d'il y a un an, je sais pas trop pourquoi, peut-être que c'est pour les gens des Antipodes, pour qu'on s'habitude au fait que tout arrive plus tard ici.

(Les films de Noël américains sortent maintenant. Et les chansons de l'été....ben, c'est les chansons de l'été dernier de l'hémisphère Nord.)

(Priez pour moi, je dois me re-taper Simple Plan et Sean Paul. Je suis à ça du suicide.) 

(Heureusement que, dans la version d'ici, ils chantent pas en franglais, sinon je serais déjà morte.)

Et sur Canal+, ils tournent par lot de 3 pubs : les pubs pour le parfum, les pubs pour visiter Montpellier (du coup à chaque fois, je pense à Manon, big up), et les pubs pour Kinder.

Alors il faudrait qu'on m'explique un truc avec les pubs Kinder.

Est-ce que les gens de la com se sont dit "Oh Kinder, c'est un produit qui se vend trop facilement, on va se créer du challenge"?

Nan parce que c'est la seule explication logique et raisonnable au degré abyssal de nullité de ces pubs.

Franchement, tu penses que c'est quoi, l'autre explication? Ils vont pas nous faire croire qu'ils ont pas le budget pour embaucher des vrais acteurs!

Parce que bon, je comprends bien que Tsonga, il joue comme un pied. Le gars c'est un sportif professionnel avec trois millions de médailles, on va pas lui demander d'être bon acteur de surcroît. Et en plus, comparé à d'autres (heumheumZidane) il s'en sort même pas trop mal.

Mais cette meuf! Cette meuf qui couine à l'épicier "Mais offrez-lui plutôt ces délicieux cookies, gnihihihi!" en minaudant comme c'est pas permis! 

Et cet épicier qui en fait des tonnes!

- Bon Paulo, tu joue le mec embarrassé, OK? Ça tourne!
- Oh ben tiens, vous m'en voyez bien embêté, hrm hrm, oh là là ben ça hein, ah, pff, dis donc.
- Coupez! C'était nul! On la garde!

Sérieusement, qu'est-ce qui est passé par la tête de la personne qui les a embauchés, sinon une action consciente de sabotage?

- Et donc, sur votre CV, il y a marqué "Plus belle la vie", vous avez joué quel personnage?
- Nan mais en fait, je me suis faite recaler à l'audition.
- ....
- C'est juste que sinon, le CV était tout vide, donc...
- ....

A ce stade, pour dire "Super, vous êtes engagée!", je pense qu'il faut vraiment vouloir faire couler les actions Kinder.

Ou alors c'est que ça coûtait super cher pour faire venir Tsonga dans la pub, du coup ils ont dû réduire le budget pour les autres acteurs. Et le budget du scénario aussi, soit dit en passant.

Nan mais franchement, dans quel monde est-ce qu'on RÉSERVE un Kinder Bueno?

- Bonjour, vous me reconnaissez? C'est moi, Wilfried Tsonga, le tennisman millionnaire  Je voudrais réserver un Kinder Bueno.
- Pardon?
- Ouais, je voudrais ce Kinder Bueno, mais pas tout de suite. Je voudrais revenir dans une heure et l'acheter à ce moment-là. Mettez-le moi de côté.

QUOI? MAIS QUOI??!

Mais QUI fait ça? Personne ne fait ça!

(Je pense que quand Tsonga veut acheter un Kinder, il fait pas son malin, et il l'achète comme une personne normale, et s'il en veut pas tout de suite, il le met dans son sac, comme une personne NORMALE!)

Et puis la musique. T'as fait gaffe à la musique?

Lily Allen a fait un million de chansons joyeuses, fallait-il vraiment prendre celle qui parle d'une fille dont la vie est terne et moche? Fallait-il vraiment caler le morceau où Tsonga et la meuf horripilante partagent un Kinder Bueno PILE au moment où on entend distinctement Lily Allen chanter "Her life is already over" ?

Nan, parce que là, on dirait un peu qu'en filigrane, Kinder nous indique que Tsonga va sauvagement assassiner la nana qui a essayé de lui piquer son Kinder Bueno. Pas sûr que ce soit un message qu'on a envie de faire passer à la population.

(Ou alors, c'est un clin d'oeil à Ken le Survivant : elle ne le sait pas encore, mais elle est déjà morte.)

(Toi aussi, procure-toi "La bande-son du parfait petit psychopathe", par Kinder productions!)

Et puis bon, tout ça c'était la pub Kinder Bueno, mais n'oublions pas aussi cette formidable pub  Kinder Maxi :

- Alors là, je veux qu'on trouve l'enfant le plus tête à claques de France. Faites un appel à témoins.

Sérieusement, si j'ai un gamin comme ça devant moi pendant tout Paris-Strasbourg, tu peux être sûr que je vais pas non plus lui offrir à bouffer, à ce p'tit con. (Ou alors une tarte. Dans sa gueule de p'tit con.)

(Franchement, si un enfant tirait une gueule pareille devant moi, je mangerais exprès le Kinder juste devant sa face, pour le narguer. Hin hin moi j'ai le droit de manger du chocolat quand je veux, enjoy tes 10 prochaines années.)

Et puis bon, encore une fois, un scénario pas très adapté à la vraie vie :

- Tiens, petit enfant, prends donc ce bon Kinder au chlorophorHEUM chocolat.
- Maman, maman, je peux?
- Bien sûr, mon chéri! S'il y a une chose que la vie nous apprend, c'est qu'il faut toujours accepter des sucreries de la part d'inconnus!

Et je ne parlerai même pas de  la pub de psychopathe avec la meuf qui essaye de taper l'incruste chez Tsonga :

- Salut Wilfried, tu te souviens de moi? J'suis la meuf qui a pécho ton dernier Kinder l'autre jour. 
- Heu ouais, vous êtes bien gentille mais j'ai aussi une vie privée et...
- Ha dis donc c'est sympa chez toi! Dis, tu me files à bouffer?
- C'est-à-dire que vous débarquez chez moi un peu comme une vieille clocharde, donc...
- Oh c'est bon hein, fais pas ton radin. Je sais que t'es blindé. 
- Mais je voulais juste être chez moi tranquille.
- Blaireau.

Donc, directeur de casting et scénariste de chez Kinder : j'ai compris votre action de sabotage. Votre complot est démasqué. 

Maintenant, s'il vous plaît, rendez les armes. Trop d'innocents ont déjà souffert.

Merci.

Pensez aux enfants.

mardi 1 janvier 2013

2013, l'année de la... fraise? (j'essaye de faire des rimes)


Donc ici c'est déjà 2013 depuis hier soir.

(Spoiler alert : ça a le même goût que 2012.)


J'ai passé un Nouvel An de foufou (ironie) : comme Professeur Flaxou et moi, on n'a pas encore d'amis en Nouvelle-Zélande, on a passé Nouvel An à faire du dog-sitting pour un petit chien très moche (mais il est gentil) (et puis y'a aussi un chat alors ça compense).


(Oui, je préfère les chats. Mon destin de vieille veuve folle et recluse est déjà tout tracé.)


(Je dis "veuve" parce que je connais les antécédents familiaux de Flaxou, et, disons-le clairement, les statistiques ne jouent pas en sa faveur.)


(Le pauvre, déjà qu'il a une famille de merde. Elle aurait au moins pu lui filer un bagage génétique correct.)


Donc on a passé une soirée sur le canapé devant Homeland (oui, 20 ans après tout le monde, ça y est, je regarde enfin Homeland)
(Sarah avait raison, c'est super), en mode "petit vieux" : Fla faisait des papouilles au chien à sa gauche (il préfère les chiens - le plus grand clivage de notre couple), moi je faisais des papouilles au chat à ma droite.

Et puis on a entendu les feux d'artifice, et on a fait :


- Ah, il est déjà minuit?
- Bon ben... bonne année, hein.
- Ouais.
- J'te fais la bise?
- Ha ha!

Je sais, c'est déprimant.

Mais ne te sens pas désolé(e) pour moi trop vite!


Parce qu'ici, c'est l'été (pour ceux qui auraient oublié).


Et, autant l'idée de fêter Noël en été ne m'a pas réjoui du tout (manger des salades pour Noël, laisse-moi pleurer), autant Nouvel An en été est une idée de GÉNIE!


Penses-y deux minutes :
Nouvel An en France, outre le fait de passer officiellement à une nouvelle année, niveau fête, ça craint un peu du boudin, on est d'accord? 

Déjà il fait froid, même avec le chauffage. Donc t'as le choix entre opter pour une tenue à manche longues, te les peler en petit haut à bretelles, ou mettre cinq couches superposées et jouer à l'oignon à chaque entrée et sortie.

T'es aussi obligé de te retrouver dans un lieu fermé, donc t'as deux choix :

1. Fêter Nouvel An dans un bar ou dans une boîte, qui va vite devenir bondée et irrespirable (et je te parle pas du prix des consos) et pleine de gens bourrés qui vont venir te prendre par le bras en te hurlant des trucs dans l'oreille d'une haleine avinée, pendant que tu slalomes dans les flaques de vomi en essayant désespérément de retrouver tes potes, et en fait ils sont tous sortis fumer dehors en se les pelant, et ils ont laissé toutes leurs affaires à garder par la copine qui a accepté de rouler ce soir et qui du coup fait la gueule dans un coin, Coca à la main, en jouant sur son smartphone.


2. Tu fais une fête chez quelqu'un, ce qui annonce déjà plus de bonne humeur et moins d'étrangers te vomissant sur les chaussures, MAIS ça implique aussi plein de trucs relous, du style :

- des gens qui veulent danser, mais on est que 10 personnes alors ça fait un peu ambiance "boum des cinquième B".
- dormir sur un coin de canapé avec cinq autres personnes.
- et, surtout, le pauvre hôte de la soirée va passer son temps à essayer de contrôler le volume sonore, la casse d'objets divers et variés, les fumeurs qui font du bruit sur le balcon, et les gens qui s'endorment la tête dans la cuvette après avoir tartiné du vomi plein les chiottes.

Sans oublier la partie "Nettoyage du lendemain avec option gueule de bois" (bien connue de tous les étudiants trop fauchés pour sortir).

Alors que Nouvel An l'été, t'es dehors!


T'es dans un parc, t'es dans la rue, t'es sur une terrasse, t'es à LA PLAGE nom d'un petit bonhomme!

Il fait 25 degrés, le soleil se couche à 22h, tu peux mettre une jolie petite robe flottante avec des petites bretelles pour montrer ton bronzage! Tu peux faire un feu de bois sur la plage, ou aller voir un concert en plein air. Tu peux boire du rosé pamplemousse, faire un bain de minuit, et y'a pas à complexer sur tes kilos superflus de Noël puisque pour Noël t'as mangé de la SALADE!

Après, c'est vrai, moi j'ai pas vraiment expérimenté cette facette du Nouvel An des antipodes.

Mais mais mais!


Professeur Flaxou et moi, on a tout de même participé à une tradition Néo-Zélandaise qui va te rendre jaloux comme un vieux pruneau :



Le Jour de l'An à la plage!





Y'a personne dans l'eau, c'est normal. En Nouvelle-Zélande, y'a des plages partout et très peu d'habitants, alors c'est toujours désert (et pourtant elle était bonne!).


On a donc rattrapé notre Nouvel An pourri en passant la journée dans l'eau (enfin, à la plage). 


(Moi je rentre pas dans la mer au-delà du stade où j'ai plus pied. Donc techniquement, Professeur Flaxou était dans l'eau, avec un tuba, à la recherche de nouvelles espèces de bulots, et moi j'étais sur le sable, avec ma serviette, ma crème solaire protection 50, et "Les Piliers de la Terre".) (Chacun ses armes.)



J'en profite pour souhaiter une super année 2013 à toi, lecteur/lectrice. Merci de lire mes élucubrations d'année en année. 

J'espère qu'on en aura encore plein d'autres comme ça.

Allez, gros bisous, porte-toi bien, et n'oublie pas ton écharpe.